fbpx
Actions Immobilier USA Jim Rogers Or Warren Buffett

Investir son argent en 2019

Ecrit par Tanguy

Investir son argent en 2019

Les performances passées ne préjugent pas des performances futures. Cette règle ne doit pas être oublié pour bien investir son argent en 2019.
Comme chaque année, je prends beaucoup de plaisir à écrire cet article qui me permet de prendre du recul et de faire le point sur mes investissements. Si mes placements m’ont plus rapporté que mon salaire en 2018, cela ne sera peut être pas le cas en 2019. Ou pour le formuler autrement: il faudra peut-être que j’agisse autrement pour que mon patrimoine continue d’augmenter de 30%. Quelles classes d’actifs choisir pour cette année et surtout que faire ? Mais d’abord faisons point sur les investissements de l’année précédente avant de définir comment investir son argent en 2019

Voici ce que j’écrivais il y a 12 mois

« La remontée des taux pourrait par contre, si elle se poursuit, faire de 2018 une annus horibilis sur les actifs financiers, faut il dès lors y investir son argent en 2018 ? Nous n’en sommes pas encore là, mais il faut être conscient de cette possibilité. Une tentation pourrait d’être liquide, en cash, en attendant le krack. Mais si vous me suivez depuis quelques temps, vous savez qu’il est illusoire de prédire avec constance l’évolution des marchés (ou de croire que quelqu’un soit capable de le faire, même Warren Buffett a déclaré ne pas en connaître) »

La secousse tant attendue a eu lieu, au moment ou comme souvent personne ne l’attendait, sur la fin d’année qui est souvent une période de rally. Les investisseurs ont pris peur, faisant plonger les indices de 20%… avant de remonter à leur niveau de mi-novembre. En janvier, je n’ai pas fait les soldes en magasins mais j’ai fait les soldes en bourse ! La volatilité en bourse est la meilleure alliée de l’investisseur intelligent pour bien investir son argent en 2019

MES INVESTISSEMENTS EN 2019

Lorsque j’ai interviewé Jim Rogers, l’ex associé de Georges Soros, il m’a dit que pour investir son argent, il fallait regarder ce qui n’était pas cher. En regardant les actifs aujourd’hui, il n’y a pas d’actifs bon marché évident, comme l’immobilier aux USA en 2010 par exemple. Ce qui est n’est pas étonnant car nous vivons une forte reprise économique depuis 10 ans. La seule idée que je vois, c’est l’immobilier dans les zones en décroissance démographique (Japon, zones rurales de France). Mais je ne vois pas le catalyseur de hausse pour ces actifs et de faire je ne le recommanderais pas pour investir son argent en 2019.
En parlant d’immobilier en France, ma résidence principale représente à présent 50% de mon patrimoine. A Bordeaux les prix ont augmenté de 25% en 3 ans et nous allons probablement vers une accalmie, les prix ayant atteints voire dépassés ceux de Lyon. Je ne compte pas sur une hausse cette année par contre nous continuerons à la louer occasionnellement sur AirBnB (environ 3,500 € de revenus bruts en 2018). Je ne prévois pas de la vendre car nous y sommes très heureux. Pourquoi pas la louer si nous déménageons un jour, ce type de bien devrait se louer sans problème et couvrir la mensualité du prêt que je suis en train de renégocier. Je vais également garder mon parking en location cette année.

L’immobilier aux USA

L’immobilier aux USA, représente 33% de mon patrimoine et aura été un vrai accélérateur depuis 2011.

La semaine dernière, un membre de la formation PEA m’a demandé pourquoi je vendais pas ma maison à Tampa dont la valeur est passée de 68,000 en 2011 à 212,000 dollars aujourd’hui.

En fait je ne suis pas pressé car je gagne plus avec la revalorisation du bien qu’avec les loyers, l’ensemble étant supérieur à 10%.
Mais je reste vigilant car les arbres ne montent pas jusqu’au ciel. Cette année je ne prévois pas d’augmenter mon exposition. Après le renouvellement du portefeuille en 2018, je ne prévois pas d’achats / ventes cette année. Le cash flow devrait être meilleur cette année avec le plein effet sur l’année des nouvelles maisons.

Par ailleurs la hausse des prix immobiliers aux USA pourrait bien se poursuivre même si la hausse des taux devrait la freiner. Les prix aux USA ont dépassé les niveaux de 2008 en moyenne.

Sur Tampa ou j’ai acheté ma première maison en 2011, nous venons tout juste de les rejoindre ce qui devrait laisser la marge pour les dépasser. Les marchés pouvant être irrationnels, je ne sais pas jusqu’au ils pourront monter. Je prévois donc de profiter de la hausse pour l’instant et de revendre ensuite à un primo-accédant. D’ailleurs les niveaux de taux immobiliers sont plutôt orientés à la baisse depuis 2 ans sur les principales maturités (15, 20 et 30 ans)

 

Les actions

Les actions de grands indices diversifiés (USA Europe, Pays émergents) représentent 11% de mon patrimoine et n’auront pas contribué à la performance en 2018 malgré une hausse annuelle du PEA 274 % depuis juin 2014.

En 2018, j’ai poursuivi l’effort de rebalancer mon portefeuille vers une gestion plus passive, qui est selon moi le meilleur rapport risque / rendement / temps passé. Je vais continuer d’appliquer cette stratégie d’investissement passive via des trackers low cost sur de larges indices diversifiés:  USA, Europe et Pays émergents.

Si de nombreuses raisons expliquent cette sous-performance, je suis confiant pour l’avenir de la croissance mondiale dont une part reviendra aux actionnaires. L’automatisation et l’intelligence artificielle soutiendront la hausse de la productivité comme l’explique l’auteur de l’excellent livre les Quatres cavaliers. En Europe, les perspectives sont certes moins bonnes mais les marchés sont moins chers. Le rendement des actions européennes est de 7% (dont 40% versées sous forme de dividendes). Les pays en développement sont une fantastique source de croissance à venir et représentent près de la moitié du PIB mondial, alimentés par la hausse du niveau de vie mondial et la forte hausse de la population. La planète devrait ainsi atteindre les 10 milliards d’habitants en 2060 contre 7,6 milliards aujourd’hui ( et 4,2. milliards il y a 40 ans !)

Mais à court terme, le marché est une « machine à voter », exagérant la hausse et la baisse. La période de soldes en bourse a été courte car en en à peine 1 mois, les bourses ont retrouvés leurs niveaux de fin 2018.

Aurons nous un nouvel épisode de panique? C’est possible mais chaque remontée rapide de la bourse renforce la confiance des intervenants et nous rapproche de l’euphorie. Si vous me suivez depuis longtemps, vous savez que l’important n’est pas de prédire mais de s’adapter. Je serais donc très adaptable en 2019.

Le cash

Le cash et les obligations représentent 1% de mon patrimoine. Je garde très peu de cash disponible et n’investis pas en fonds euros car les taux sont trop faibles selon moi. Si j’ai besoin de liquidités, je peux vendre de l’or ou de l’immobilier aux USA.

L’or et l’argent

L’or et l’argent représentent 4% de mon patrimoine et sont la classe d’actifs la moins performante de mon portefeuille. Il s’agit pour moi plus d’une assurance que d’un placement car l’or ne produit pas de dividendes. La seule manière de gagner de l’argent est de le revendre plus cher à un acheteur intéressé. Contrairement à certains oiseaux de mauvais augures qui veulent faire croire que la fin du monde, je pense que le système capitaliste continuera de fonctionner dans les prochaines années même s’il traversera probablement des crises.

J’attendais de l’or qu’il monte en cas de baisse de la bourse, ce qu’il a fait historiquement. Cela aura été le cas, mais de manière limitée. L’or a grimpé en dollars de 10% depuis 6 mois.

.Je vais conserver de l’or et de l’argent comme protection en cas de panique mais sans en augmenter la part de mon portefeuille. Cette assurance a un coût élevé lorsque les marchés sont calmes.

FAITS MARQUANTS Janvier 2019

  • Côté USA, le Warren Buffett ratio s’est redressé à 132%
  • L’euro-dollar est remonté à 1.15

PORTEFEUILLE

  • Le portefeuille est toujours majoritairement investi (65%) en immobilier USJe suis propriétaire de 5 maisons. Sur Janvier le cash flow est de 623 USD. Comme on me pose régulièrement la question, je reçois mes loyers nets en dollars sur un compte Bank of America
  • Les actions sont le 2e poste le plus important (24%), j’applique la stratégie passive d’investissement à long terme. Mon portefeuille est accessible à tous les membres de la formation PEA
    • Le PEA progresse de 7 % ce mois ci soit une progression de 274% depuis juin 2014, soit une performance annualisée de 33%
    • Profitant de la baisse, j’ai renforcé ma position en tracker SP 500/ Mon allocation est à présent 40% sur les USA, 50% sur l’Europe et 10% sur les pays émergents.
    • J’ai encaissé le dividende trimestriel du tracker Europe
  • Le cash disponible est de 2%
  • L’or et l’argent représentent 9% de mon patrimoine. Je détiens l’or et l’argent via les sites aucoffre.com et goldmoney.com.

CE QUE J’AI APPRIS – Mes lectures

PROCHAINES ÉTAPES

  • Je finalise la renégociation de mon crédit immobilier, profitant ainsi de la baisse des taux. J’en reparlerais en détails dans le prochain billet
  • Je vais bientôt vous reparler de l’assurance vie dans une nouvelle vidéo avec un expert du sujet, qui comme moi, a à cœur, d’améliorer le rendement net de frais des épargnants. Stay tuned !

Bons investissements

A propos de l'auteur

Tanguy

8 Commentaires

  • Bravo pour votre stratégie … La seule différence avec mes propres investissements est le choix de REIT vs des maisons physiques aux US….
    Au plaisir de vous lire.
    OP

    • Les REIT ont de plus l’avantage de la simplicité de gestion. C’était mon choix initial mais les cours avaient déja remonté rapidement lorsque j’ai décidé d’investir, l’immobilier physique ayant lui mis plus de temps à s’ajuster. Mais les 2 supports se sont très bien comportés par la suite en effet.

  • Bonjour Tanguy, merci beaucoup pour cet article qui donne une bonne vision de tous tes investissements. Si je comprends bien, tu as commencé à investir en Bourse en 2014 ? N’as tu jamais voulu avoir une stratégie plus active ?

    • Merci Kevin, en fait j’ai commencé à investir il y 24 ans en bourse. Mais ce n’est que depuis 2014 que je suis scrupuleusement la performance de mes investissements. J’ai essayé des dizaines de stratégies différentes pour enfin adopter l’approche passive qui est pour moi le meilleur rapport performance, risque et temps passé.

Laisser un commentaire

Apprenez à faire travailler votre argent

Téléchargez gratuitement le guide "Comment investir et construire votre indépendance financière"

Votre email est en sécurité

Apprenez à faire travailler votre argent

Téléchargez gratuitement le guide "Comment investir et construire votre indépendance financière"

Votre email est en sécurité