fbpx
Argent Epargner Investir Psychologie

Comment épargner pour ses enfants ?

Ecrit par Tanguy
Vous êtes nombreux à vous demander comment investir pour vos enfants. Surtout pour des enfants en bas age et vous vous demandez quel est le bon support d’investissement. Avec 4 enfants, j’ai eu le temps de réfléchir à la question !
 
Mes enfants savent que leur papa aime bien investir son argent et me parlent naturellement d’argent. Mais je ne veux pas pour autant qu’ils croient qu’ils n’auront pas besoin de travailler. Lorsqu’ils me demandent si on est riches, je leur dit en rigolant que leurs parents sont riches mais que mes enfants ne le sont pas.
 
Pourtant, il est naturel de vouloir épargner pour eux et leur permettre de donner un coup de pouce dans leur vie. Je ne dépenserais pas des millions à la retraite, donc je prévois que mes enfants en profitent.
 
Pour autant, pas question d’investir à l’ancienne, en laissant dormir l’épargne de mes enfants sur des livrets A. Leur argent travaille dur car je veux aussi qu’ils comprennent qu’investir rapporte !
 

1. Epargner au nom de votre enfant ou à votre nom?

Prenez le temps de réfléchir un moment à quel nom vous allez investir. Il peut sembler pour certains naturels de le faire au nom de leur enfant. La plupart des établissements propose d’ailleurs de nombreux produits pour les mineurs: compte sur livret, assurance-vie et même le PER dont j’avais parlé ici.
Seuls quelques produits comme le PEA ne peuvent pas être ouverts pour un mineur.
Hors, le choix du titulaire n’est pas neutre. Ouvrir un compte au nom d’un enfant implique qu’il pourra disposer des sommes comme il l’entend à sa majorité. 
Pour ma part, j’avais ouvert à leur naissance des assurances-vie avant de finir par les clôturer. Je ne souhaite pas que mes enfants puissent s’acheter une moto pour fêter leurs 18 ans. A 18 ans, je n’étais pas mature pour gérer mon argent et même si j’avais investi à 16 ans en bourse et fait +50% sur mon PEA en misant sur l’indice CAC 40, il s’agissait plus de la chance du débutant que d’une approche réfléchi.
A contrario, en gardant l’argent à votre nom, vous gardez la liberté de faire des donations à votre rythme et selon les besoins et projets de votre enfant.
Les 2 choix sont donc possibles, avec leurs avantages et leurs inconvénients.
 

2. Quels supports choisir?

Lorsque j’étais petit, mes parents m’avaient ouvert un livret bleu (équivalent du livret A) au Crédit Mutuel de Bretagne. Le rendement devait être autour de 4% et j’y épargnais mes étrennes, en découvrant que cet argent produisait des intérêts.
Mais cette façon de faire, naturelle, n’est clairement pas la plus intéressante.
Un livret, c’est de l’argent disponible et qui rapporte peu (voire rien).
A l’inverse, en épargnant pour un enfant, l’horizon est souvent de plusieurs années ce qui peut justifier de choisir des placements plus rémunérateurs comme les actions.
L’immobilier est également un support de choix, un très bon ami achète par exemple des studios pour ses enfants. Il faut toutefois se former un minimum sur le sujet pour faire les bons choix et ne pas voir le rendement dévoré par les frais et les impôts.
Les obligations et le fonds euros seront un excellent support proche de la date à laquelle l’argent sera utilisé par votre enfant, mais offrira un rendement médiocre. L’idéal est donc de panacher les actions et le fonds euros, en ajustant la proportion en fonction de l’échéance. L’assurance-vie Nalo propose cette option avantageuse de façon automatisée et économique.
 

3.  L’assurance-vie

L’assurance-vie est une enveloppe très adaptée. Elle permet de panacher actions et fonds euros. Pour une gestion automatisée, le meilleur choix selon moi est Nalo.
Ce robot advisor propose d’ailleurs de créer une poche dédiée pour vos enfants, au sein de votre assurance-vie. Pas besoin d’en ouvrir 2. 
Il est également possible de l’ouvrir au nom de votre enfant
Pour autant, l’assurance-vie a été initialement crée pour favoriser la transmission d’un patrimoine. Elle n’est donc pas forcément adapté a un jeune qui ne profitera pas des avantages de transmission. Et elle facturera des frais de gestion à la différence du compte-titre.
 

4. Le compte-titres 

Le compte-titre est une enveloppe performante pour ceux qui veulent privilégier les supports actions. Pas de frais de gestion, un large choix d’ETF, la possibilité de l’ouvrir à son nom ou à celui d’un mineur, le compte-titre est plein d’avantage. 
Son inconvénient peut-être la fiscalité sur les dividendes qu’il est aisé de gommer en choisissant un ETF capitalisant
Enfin, le compte-titre peut faire l’objet d’une donation avec un grand avantage: la purge des plus-value. Voyons en quoi le choix fiscal n’est pas neutre. 
Cas 1. Si vous ouvrez un CTO au nom de votre enfant et qu’il vend au bout de 20 ans les titres, il supportera la fiscalité sur les plus-values. 
Cas 2: Si vous ouvrez un CTO à votre nom, vous avez le droit de faire un don non fiscalisé à vos enfants (100,000 € tous les 15 ans). En donnant les titres, vous purgez la plus-value. Votre enfant ne paiera en cas de vente que la plus-value entre la valeur de la vente et la valeur de la donation (et non la valeur d’achat initial).
 

5. Out of the box: un compte rémunéré à 10%/an

Pour mes enfants, j’ai choisi une solution qui apporte l’avantage de la liquidité et du rendement. Mes enfants peuvent déposer tout ou partie de leurs sous sur la banque de la famille.
Concrètement, au lieu de déposer dans une vraie banque, ils me le confient et touchent en contrepartie un taux d’intérêt annuel à 10%.
Lorsqu’ils souhaitent effectuer un retrait, j’inscris dans leur compte l’opération.
Cela nécessite de tenir un fichier Excel avec les entrées et les sorties.
 
J’y vois un double avantage:
  • Je dispose de l’argent pour l’investir, dans le cadre que je considère le plus avantageux
  • C’est éducatif pour les enfants, il est plus stimulant de voire son argent rapporter 10% d’intérêt que 1%. Et d’ailleurs, mes enfants versent la quasi totalité de leur épargne sur cette banque et ne garde qu’une petite partie dans leur tirelire
 

Conclusion

Les choix pour épargner pour ses enfants sont multiples.
Il est sain de bien réfléchir si vous souhaitez que l’argent soit à leur nom ou au votre. 
Ensuite, d’adapter les supports à l’horizon de placement. Si vous avez 15 ans devant vous, les actions devraient être plus rémunératrices que le fonds euros.
Enfin, la fiscalité est à étudier. La donation du compte-titre est intéressant, de même que l’assurance vie.
Et vous, quelle solution avez vous choisi pour vos enfants?
 

 

CE QUE J’AI APPRIS – Mes lectures

  • Une vidéo de Guillaume Piard (Nalo) sur BFMTV : Qu’est-ce que la finance comportementale ? – 29/10
  • Une famille aux petits oignons. Histoires des Jean-Quelque-Chose : Inhabituellement, je vous partage une lecture ni financière, ni économique, ni développement personnel.
    Il s’agit d’un livre qui m’a fait beaucoup rire et qui raconte l’histoire des Jean quelque chose, une famille de 6 garçons dont le père est médecin militaire et l’épouse mère au foyer. C’est mon fils de 8 ans qui me l’a prêté et j’ai bien rigolé.
  • Placements : assurance vie ou PER pour préparer sa retraite? Un article honnête et plein de bon sens sur l’intérêt du PER vs l’Assurance-vie.
  • Un papier intéressant de Vanguard sur les stratégies de consommation d’un portefeuille bousier à la retraite.
    Pour conserver le portefeuille, il est préférable de faire des prélèvements en pourcentage du capital (ex: 5%) plutot que des montants fixes. En cas de marché baissier, cela revient à diminuer ses retraits. En contrepartie, cela peut éviter l’extinction d’un capital en cas de marché baissier.

 

PORTEFEUILLE – Novembre 2020

  • Le portefeuille est toujours investi (26%) en immobilier US. Je suis propriétaire de 3 maisons, après la vente de 2 maisons cette année. Sur ce mois, le cash flow est de 493USD. Comme on me pose régulièrement la question, je reçois mes loyers nets en dollars sur un compte Bank of America
  • Les actions sont à présent le poste le plus important (47%), j’applique la stratégie passive d’investissement à long terme. Mon portefeuille est accessible à tous les membres de la formation PEA
    • Le PEA progresse de 12.5% ce mois soit une progression de 372% depuis juin 2014, soit une performance annualisée de 27%
    • Pas d’opérations sur le PEA Fortuneo qui est au plafond des versements.
    • J’ai renforcé le tracker world Amundi CW8 sur le PEA Bourse Direct
  • Le cash disponible est de 6%. La moitié de ce cash vient d’être investi sur un Plan Epargne Retraite afin d’investir à long terme sur des ETFs et de défiscaliser mes versements.
  • Les obligations représentent 22% de mon patrimoine, dont une partie est dans mon Plan d’Epargne Entreprise. J’ai réalisé un contrat de prêt court terme (8 mois) à 6% avec la société Homes of England dont j’avais déja parlé ici et ici. Si vous souhaitez être mis en relation avec eux, vous pouvez laisser vos coordonnées ici pour être recontacté. J’ai également investi dans un contrat de prêt immobilier aux USA.
  • L’or et l’argent représentent 0,2% de mon patrimoine. Je détenais l’or et l’argent via les sites aucoffre.com et goldmoney.com avant de vendre la quasi totalité en mars 2020 pour ré-investir en bourse pendant le krach du coronavirus

Pour apprendre comment j’ai mis en place ma stratégie d’indépendance financière, inscrivez vous à ma lettre d’information et recevez mon guide gratuit    

A propos de l'auteur

Tanguy

Laisser un commentaire

Apprenez à faire travailler votre argent

Téléchargez gratuitement le guide "Comment investir et construire votre indépendance financière"

Votre email est en sécurité

Apprenez à faire travailler votre argent

Téléchargez gratuitement le guide "Comment investir et construire votre indépendance financière"

Votre email est en sécurité